Accueil > Romans français > Cytheriae

Cytheriae

Fantasy chic

De : Charlotte Bousquet
Partagez :

Dans l’univers fantasy de Cytheriae, d’étranges et d’inexpliqués suicides se succèdent. Pendant ce temps, dans la ville de Cribella, la plèbe mécontente peste contre la princesse et ses conseillers, les moires. Nora de son coté est écrivain publique et journaliste, mais elle s’est également entiché d’un nécromant, dont on murmure qu’il ne serait pas pour rien dans cette mystérieuse vague de suicides.

Avec Cytheria, Charlotte Bousquet poursuit l’édification d’un monde qu’elle a commencé à créer avec son précédent roman, Arachnae. Si Cytheriae peut se lire indépendamment, les deux romans se situe dans le même univers, l’archipel des numinées, où les bas fonds sont sordides et l’élite décadente. L’archipel des numinées s’inspire beaucoup de la Venise médiévale, ce qui donne à cet univers un charme mystérieux et raffiné. On y trouve, tapis au fond des canaux des bêtes immondes et gluantes prêtes à se repaitre des imprudents qui s’en approchent.

Hors de l’aspect purement heroic-fantasy qui peut freiner les ardeurs des lecteurs ne faisant pas parti de la secte de ceux qui aiment ça, Cytheriae peut se lire comme une sorte de polar surnaturel. C’est même une belle porte d’entrée pour un genre de littérature qui ne fait pas l’unanimité, mais qui mérite un petit peu de curiosité. D’autant que Charlotte Bousquet écrit bien et qu’elle a su donner à son roman une atmosphère à la fois mystérieuse et raffinée.

Voir aussi : Matricia

Quelques lignes...

Le Grand Temple de la Lune, construit en marbre noir, gris et blanc recouvert de feuilles d’argent, se dressait, majestueux, au cœur d’un des principaux îlots rocheux de Dyctina.Vêtus de somptueuses tenues aux couleurs du deuil, famille et courtisans attendaient dans l’hypostyle circulaire, au pied de la statue de la Triple Déesse. Seul Son visage de mort – le faciès ridé, effroyable, d’une vieille aux orbites creuses – présidait. Un grand suaire de velours couleur de nuit recouvrait les deux autres. Le corps de Lotario reposait dans la nef, visible une dernière fois pour ses proches. Il avait été oint, parfumé, apprêté pour son dernier voyage. Quand l’oraison et les prières auraient été prononcées, la dépouille, voilée par un linceul, serait portée jusqu’au péristyle à ciel ouvert consacré à la crémation.
Octavio avait été chargé par le père du défunt d’escorter Sienna, sa trop sensible aînée, jusqu’au palais. Le jeune homme espérait que la réception serait moins gourmée que les obsèques. Les citoyens de Cribella se révélaient bien trop orthodoxes. Certes, il s’agissait de funérailles. Mais celles-ci ne lui semblaient être que le prolongement de l’atmosphère compassée de cette cité. Lotario, de son vivant, lui avait confié que les Moires de Cytheriae, troublées par la chute de leurs sœurs d’Arachnae, étaient devenues intransigeantes. Elles avaient depuis longtemps la mainmise sur la politique de la principauté. Elles avaient renforcé ce pouvoir et installaient un climat de peur. Tout devenait prétexte à processions et cérémonies solennelles. Quant aux ministres, plus présents qu’autrefois, ils n’évoquaient dans leurs discours que péchés et châtiments, éveillant dans le peuple la culpabilité et le mépris de l’autre. Lotario n’espérait qu’une chose : que les vieilles finissent comme la Triade d’Arachnae – aux oubliettes ; ainsi les dévots laisseraient-ils enfin les gens tranquilles. Il avait goûté au poison avant de voir ce jour arriver. L’hypostyle était silencieux. Une femme, entièrement drapée de noir, s’était avancée jusqu’au pied de la colossale effigie. Dans son ombre, elle paraissait, pour l’assemblée, la vivante épiphanie d’une Lune endeuillée.
_ Ô Lune ! Belle Dame au triple visage
Entends la prière de ton enfant !
Son âme imparfaite espère ardemment !
Ô Lune ! Ouvre le ténébreux passageVers les territoires de l’Au-delà…

Voir en ligne : Un entretien avec Charlotte Bousquet à propos de son roman

Le lundi 25 avril 2011, par Angelina
Modification de l'article le : 30 août 2013.

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des squelettes spip Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet