Accueil > Romans français > Malevil

Malevil

Robinsonnade post apocalyptique

De : Robert Merle
Partagez :

Après une guerre atomique qui a ravagé la surface du globe et dans une France ruinée et détruite, un groupe de survivants se cachent dans l’enceinte protectrice d’un vieux château fort.

Le château de Malevil dont la profondeur des caves à permis aux compagnons du narrateur de survivre, est l’endroit central du roman. C’est aussi une des jolies trouvailles du livre, mêler un univers post apocalyptique digne du roman "la route" de Cormac McCarthy, à un décor médiéval. Cette enceinte fortifiée permet aux habitants non seulement de survivre au feu nucléaire mais aussi, de se protéger des autres groupes de survivants.

Malevil pourtant n’est pas réellement un livre de science fiction, il s’éloigne rapidement du thème une fois le décor planté. Ce qui intéresse Robert Merle c’est un questionnement sur la société et en cela je le définirai plutôt comme une robinsonnade. Comme les héros de l’île mystérieuse de Jules Verne, le groupe de réscapés va devoir reconstruire un embryon social capable d’assurer protection, survie, concorde et renouvellement de génération. La place des femmes, le modèle familial, le rôle de la religion et du politique dans cette nouvelle société deviennent alors des questions essentielles. Comment obtenir un consensus sur de telles questions lorsque le contrat social de la société préexistante n’est plus.

On ne peut pas s’empêcher, en lisant Malevil, d’imaginer ce qu’il faudrait faire d’un monde à rebâtir. Que sauvegarder ? Que changer ? Voici un roman qui fait réfléchir et qui en plus et écris de façon très accrocheuse : Beaucoup de rebondissement et deux narrateurs, le second contestant et nuançant ce qui est raconté par le premier. Ce livre reste pour moi un excellent souvenir.

Quelques lignes...

A l’Ecole Normale des Instituteurs, nous avions un professeur amoureux de la madeleine de Proust. Sous sa houlette, j’ai étudié, admiratif, ce texte fameux. Mais avec le recul, elle me paraît maintenant bien littéraire, cette petite pâtisserie. Oh, je sais bien qu’un goût ou une mélodie vous redonnent, très vif, le souvenir d’un moment. Mais c’est l’affaire de quelques secondes. Une brève illumination, le rideau retombe et le présent, tyrannique, est là. Retrouver tout le passé dans un gâteau amolli par une infusion, comme ce serait délicieux, si c’était vrai.

Je pense à la madeleine de Proust, parce que j’ai découvert, l’autre jour, au fond d’un tiroir, un très, très vieux paquet de tabac gris qui avait dû appartenir à l’oncle. Je l’ai donné à Colin. Fou de joie à l’idée de retrouver, après tant de temps, son poison favori, il en bourre sa pipe et l’allume. Je le regarde faire, et dès les premières bouffées que je respire, l’oncle et le monde d’avant resurgissent. A me couper le souffle. Mais comme j’ai dit, ce fut très bref.
Et Colin a été malade. Il était trop désintoxiqué ou le tabac était trop vieux. J’envie Proust. Pour retrouver son passé, il s’appuyait sur du solide : un présent sûr, un indubitable futur. Mais pour nous, le passé est deux fois passé, le temps perdu l’est doublement, puisque avec lui nous avons perdu l’univers où il s’écoulait. Il y a eu cassure. La marche en avant des siècles s’est interrompue. Nous ne savons plus où nous en sommes et s’il y a encore un avenir.
Il va de soi que nous essayons de nous cacher notre angoisse avec des mots. Pour désigner la cassure, nous avons des périphrases. Nous avons d’abord dit, après Meyssonnier, toujours un peu fayot, « le jour J ». Mais ça vous avait un air encore trop guerrier. Et nous avons adopté un euphémisme plus pudique, dû à la Menou et à sa prudence paysanne : « le jour de l’événement ». Peut-on rêver plus anodin ?

Le lundi 7 juin 2010, par Angelina
Modification de l'article le : 6 juin 2010.

Réactions

  • visiteurs

    Malevil

    par Mr Q - 7 juin 2010 12-53

    J’ai adoré ce livre, je le recommande vivement :)

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

  • visiteurs

    Un chef-d’oeuvre du roman apocalyptique.

    par Marie - 7 juin 2010 20-24

    J’ai lu ce livre adolescente, il y a plus de vingt ans, et je l’ai beaucoup aimé. Je me souviens encore plus ou moins de l’histoire, c’est dire s’il m’a marquée...

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

  • Malevil - Un chef-d’oeuvre du roman apocalyptique

    par Angelina Jelis - 8 juin 2010 01-23

    Je crois que ça a marqué beaucoup de monde en effet, on ne m’a parlé pratiquement que de ce livre toute la journée... Robert Merle est fort, il a écrit pleins de bons livres. Outre Malevil, mes préférés sont :

    • L’Île
    • Les Hommes protégés
    • Le Propre de l’Homme (un peu moins bon mais interressant malgré tout)

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

  • visiteurs

    Malevil

    par Charlolotte - 31 mars 2011 18-00

    Malevil reste inconstestablement un classique en matière de postapo. Ajoutons à votre liste :" Ravage", écrit en 1943 (!) par R. Barjavel mais qui demeure d’une cruelle actualité.
    Plus récent "La Route" Mc Cathy, ou bien "Vicilisation -La Chute" de Chris Antone, récit de la chute des cités modernes suite à l’aggravation de la crise économique mondiale...
    Charlolotte

    Voir en ligne : http://www.vicilisation.com

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des templates pour le CMS SPIP par Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet