Accueil > Polars, livre noir & thriller > À genoux (The overlook)

À genoux

Cycle Harry Bosch - Etape 13

De : Michael Connelly
Traduit par : Robert Pépin
Titre original : The overlook
Partagez :

Harry Bosch reprend du service alors qu’un scientifique travaillant quotidiennement avec les resserves de césium des hôpitaux de Los Angeles, est retrouvé avec deux balles dans le buffet sur un parking. Ses meurtriers ont également volé une grande quantité de matière radioactive, ce qui va attirer l’attention du FBI.

Un petit coup rapide

Connelly nous avait habitué à des romans plus raffiné. Dans celui ci on sent tout de suite qu’on est dans le pur récréatif. L’action est posée en quelques pages, l’intrigue avance très régulièrement, et sans demander trop de réflexion au lecteur, ni fouiller la psychologie des personnages. Un roman de gare en somme. On termine le livre avant d’atteindre Beauvais... Merci Michael, merci Harry. A l’année prochaine..

12 heures chrono

Ce n’est pas le temps de lecture, mais plutôt celui nécessaire à Bosch pour boucler une enquête à la noix, qu’il aurait mieux valu confiée à ce péquenaud de Jack Bauer. 200 pages et quelques pour résoudre ce mystère vu et revu, mettre hors jeu les méchants, ridiculiser les neuneus du FBI, et peut être renouer avec Rachel... Forcement c’est court et on ne s’embarrasse pas avec les détails.
Publié à l’origine sous forme d’un feuilleton de seize épisodes par le New York Times Magazine, a genoux a été ensuite réédite en roman. Ceci explique sans doute cela... M’enfin quand même, c’est baclé.

Quelques lignes...

L’appel arriva à minuit. Réveillé, Harry Bosch était assis dans la salle de séjour, dans le noir. Il aimait se raconter qu’il faisait ça parce que ça lui permettait d’entendre mieux le saxophone. En s’interdisant un sens, il en exacerbait un autre.
Mais, tout au fond de lui-même, il savait la vérité. Il attendait.
L’appel était de Larry Gandle, son patron à la section Homicide Special. C’était le premier qu’il recevait dans ses nouvelles fonctions. Et c’était ce qu’il attendait.
- Harry, vous êtes debout ?
- Oui.
- C’est quoi, la musique ?
- Frank Morgan, en direct du Jazz Standard de New York. Le type qu’on entend au piano est George Cables.
- On dirait All Blues.
- En plein dans le mille.
- C’est grand. Et je n’ai pas envie de vous en arracher, mais...
Bosch prit la télécommande pour arrêter le son.
- De quoi s’agit-il, lieutenant ?
- Les types du commissariat d’Hollywood veulent que vous passiez prendre une affaire avec Iggy. Ils en ont déjà trois en route et ne peuvent pas se charger d’une quatrième. Sans compter que celle là pourrait prendre des allures de hobby. Ca ressemble à une exécution.

Le Los Angeles Police Departement comprenait dix sept secteur géographiques, cahcun avec son commissariat, son bureau des inspecteurs et sa brigade des Homicides. Cela dit, les brigades de division étaient en première ligne et ne pouvaient pas s’enliser dans des affaires de longue durée. Dès qu’il s’y produirait un meurtre avec le moindre tenant ou aboutissant politique ou médiatique, on le refilait en général à la section Homicide Special, qui officiait dans les bureaux de la division Vols et Homicides de parker Center. Tout
dossier qui promettait d’être particulièrement difficile ou de longue durée - et, tel un hobby auquel on revient sans cesse, resterait interminablement ouvert - était, lui
aussi, immédiatement candidat à la descente en Homicide Special. Et celui-là était du nombre.

Le mercredi 9 décembre 2009, par Angelina
Modification de l'article le : 9 décembre 2009.

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des squelettes spip Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet