Accueil > Romans français > L’île

L’île

Inspirée par les Révoltés de la Bounty

De : Robert Merle
Partagez :

l’Île est largement inspirée de l’histoire réelle des révoltés du Bounty, qui au XVIIIème siècle se sont mutinés et se sont réfugiés sur l’île de Pitcairn après avoir sabordé leur navire. Accompagnés de Tahitien ils y fondèrent une petite colonie.

Robert Merle s’est volontairement affranchis des contraintes historiques et s’est basé sur l’histoire de la Bounty pour en tirer une véritable robinsonnade, ou on retrouve des thèmes qui lui sont chers : l’intolérance, l’organisation sociale et l’humanisme.

Après leur mutinerie, les marins s’établissent avec quelques polynésiens sur une île coupée du monde, afin d’échapper à la marine britannique (les mutinées sont pendus lorsqu’ils sont pris). Avec Brio robert Merle met en place une mécanique infernale ou l’utopie idyllique qui règne au début de l’histoire va se muer en une guerre fratricide.

Il démontre comment une société malgré un début sur des bases égalitaire se dénature a force d’intolérance et de méfiance réciproque. Les tensions entre les tahitiens et les anglais, de traditions et de cultures différentes s’installent progressivement. D’autant plus qu’elles sont attisées par le personnage de McLeod, véritable ver dans le fruit, et dont le racisme va peu a peu contaminé toute l’ile. C’est avec peine qu’on progresse vers ce qui semble inéluctable, l’affrontement des deux clans et la fin d’une vie insulaire ressemblant à une utopie.

Quelques lignes...

Purcell traversa le gaillard d’avant en évitant de regarder les hommes. Comme chaque fois"qu’il passait au milieu d’eux, il avait honte d’être si bien habillé, si bien nourri. Il se dirigea vers la proue et se pencha. Une belle moustache d’écume se dessinait de chaque côté de l’étrave. Le Blossom taillait de la route.
Il se retourna. Les hommes nettoyaient le pont dans un tintamarre de seaux. Il soupira, détourna les yeux, et les deux mains appuyées derrière son dos sur la rambarde, son regard embrassa le bateau. Une beauté ! Le soleil brillait à perte de vue sur la houle longue du Pacifique, et le Blossom, ses trois mâts penchés à bâbord, recevait par le travers une brise Sud-Sud-Est. Chaque lame qui passait sous sa coque la soulevait, et le Blossom, bien appuyé de toutes ses voiles contre le vent, s’élevait sur sa crête sans roulis et revenait sans à-coup dans le creux. Une beauté, pensa Purcell avec amour. De l’étrave à la poupe, tout était soigné, fini ; la coque, bien passante dans l’eau ; le gréement, neuf. Dix-huit mois plus tôt, en passant la Manche, le Blossom avait distancé un corsaire milouin. Purcell prêta l’oreille. Bien qu’une île fût proche, il n’entendit pas de cri d’oiseau. Sauf quand une
lame déferlait, l’océan était silencieux. Mais il y avait autour de Purcell ces bruits qui, par jolie brise, lui faisaient toujours plaisir : le choc des énormes poulies de bois, la vibration des haubans, et au-dessous de lui, derrière son dos, le passage de l’étrave dans l’eau, doux et continu comme une pièce de soie qu’on déchire.
Purcell regarda de nouveau les hommes. Il fut frappé une fois de plus par leur maigreur, se reprocha d’avoir trouvé du plaisir à admirer le Blossom, ses mains se crispèrent sur la rambarde, et il pensa avec colère : Ce fou !

Le mardi 8 juin 2010, par Angelina
Modification de l'article le : 8 juin 2010.

Réactions

  • visiteurs

    L’île

    par béné - 8 juin 2010 20-30

    je ne connais pas du tout l’oeuvre de Merle. L’île me parait être une excellente amorce, d’autant que ce genre de sujet me passionne ! merci pour cette découverte.

    Réagir à cet article | Réagir à ce message

    • L’île

      par Angelina Jelis - 8 juin 2010 21-04

      J’espère que cela vous plaira, faites le moi savoir si vous faites un billet sur ce livre. J’attends votre avis avec curiosité.
      A bientôt

      Réagir à cet article | Réagir à ce message

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des squelettes spip Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet