Accueil > Polars, livre noir & thriller > Les mille et une vies de Billy Milligan (the minds of Billy Milligan)

Les mille et une vies de Billy Milligan

un criminel hors norme

De : Daniel Keyes
Traduit par : Jean Pierre Carasso
Titre original : the minds of Billy Milligan
Partagez :

Après des mois de rencontres avec un violeur hors norme qui a fait la une des journaux dans les années 70, Daniel Keyes construit un thriller psychologique remarquable et étonnant, basé sur une histoire vraie.

Un livre fascinant, basé sur des faits réels

Étonnant d’abord par sa construction, l’histoire de Daniel Keyes, commence la où un polar classique s’achève. La police arrête Milligan dès le début du livre et les preuves contre lui sont accablantes. Aucun doute n’est permis, c’est bien lui qui a fait le coup.

Lorsqu’il vient pour sa première visite, son avocat commis d’office trouve pourtant son client bizarre : tantôt éclipsé et apathique, tantôt violent, très lunatique toujours. Au fur et à mesure des entretiens, l’avocat finira pas comprendre que Milligan souffre d’une schizophrénie surdéveloppée. Une vingtaine de personnages, hommes, femmes, enfants prennent tour à tour le « contrôle » de Billy Milligan et se succèdent « sous le projecteur ».

Un mystère psychiatrique

C’est alors que s’ouvre une des parties les plus enthousiasmante du bouquin, et où retrouve un peu les codes du polar. Parmi toutes les différentes personnalités qui habitent Billy Milligan, laquelle a fait le coup ? Pourquoi et comment en est-t-il arrivé là ? A quoi peut bien ressembler sa vie quotidienne avec un tel handicap ? Comment le soigner ?

A ne pas rater

Quelques lignes...

Samedi 22 octobre 1977 : John Kkleberg, responsable fédéral de la sécurité dans les universités de l’Ohio, vient de placer la faculté de médecine sous surveillance policière. Des véhicule de patrouille et des escouades de policiers armés quadrillent le campus, des tireurs d’élite sont postés sur les toits et les femmes ont reçu des conseils de prudence : qu’elles évitent de se promener seules et surtout, si elles s’apprêtent à prendre le volant et qu’un homme les observe, méfiance !

Pour la deuxième fois en huit jours, une femme vient d’être enlevée sous la menace d’une arme à feu entre sept heures et huit heures du matin sur le campus. Les deux victimes sont une étudiante en optométrie de vingt-cinq ans et une infirmière de vingt-quatre ans. Dans les deux cas le scénario a été identique : après avoir conduit sa victime hors de la ville pour la violer, le ravisseur lui a ordonné de toucher des chèques et lui a dérobé le contenu de son sac à main.

Le mardi 24 février 2009, par Angelina
Modification de l'article le : 7 juin 2010.

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des squelettes spip Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet