Accueil > Romans français > Mangez-le si vous voulez

Mangez-le si vous voulez

Un fait divers terrible mais réel

De : Jean Teulé
Partagez :

Mangez-le si vous voulez raconte comment un jeune homme respectable et instruit, qui quitte le domicile de ses vieux parents pour se rendre à la foire du village voisin et se fait lyncher deux heures plus tard par une foule aussi haineuse qu’irrationnelle.

Page après page, Jean Teulé décortique la mécanique de cette mise à mort, découpée en station, comme un chemin de croix. Et on pense vraiment au chemin de croix parce que Alain de Monéys est un type irréprochable, qui aide les indigents, qui se soucie du bien public. Il a travaillé à un projet pour assécher les marais de Hautefaye. Il s’engage à partir se battre contre la Prusse alors qu’il pourrait payer quelqu’un pour partir se battre à sa place. C’était une pratique courante, car les hommes était appelé sur le front par tirage au sort, e on trouvait toujours quelqu’un pour partir à sa place contre en échange d’une somme d’argent. Bref Alain de Monéys est tout sauf un salaud, ce qui rend sa fin encore plus accablante. Seulement voilà, en 1870, après une sècheresse terrible et un guerre catastrophique avec la Prusse, la foule a besoin d’un bouc émissaire. Cela aurait pu tomber sur n’importe qui et ce qui fait peut être le plus peur.

Il faut le dire tout de suite, même si le roman m’a plu, c’est assez insoutenable ce qu’on fait subir au pauvre Alain de Monéys. Rendez-vous compte : ils iront même jusqu’à le manger ! Et même si Jean Teulé manie l’ironie et le sens de l’humour, c’est éprouvant à lire. Le roman est court et c’est tant mieux, car ce fût sans doute bien assez long pour ce pauvre gars. Il me reste tout de même de tout ça, le souvenir d’un roman qui a l’intelligence de partir d’un fait divers réel pour en faire une œuvre édifiante et qui saura nous inciter à la prudence lors des fêtes de villages. Et si vous vous faites malgré tout cramer et déguster aux feux de la saint Jean, vous ne pourrez pas dire que Jean Teulé ne vous avait pas prévenu.

Quelques lignes...

une bien belle journée !...
Voilà ce qu’un jeune homme clame en poussant les volets de sa chambre à l’étage d’une bâtisse du XVIIè siècle. Les rideaux de mousseline s’envolent sur les côtés. Le gars embrasse l’horizon d’un regard lent, contemple le paysage – un bout du Limousin rattaché comme par erreur au Périgord. Des chênes échelonnent mille horizons à ce Sahara de prairies. Derrière lui, sur la cheminée, une pendule sonne treize heures et une grosse voix s’élève du jardin, à l’ombre d’un châtaignier centenaire :
- C’est seulement maintenant que tu te lèves, nouveau premier adjoint de Beaussac ?! Moi quand j’en étais le maire, je sortais du lit plus tôt !
- Papa, je peaufinais mon projet d’assainissement de la Nizonne...
Dans l’ombre de l’arbre, une autre voix, féminine, intervient :
- Amédée, cesse d’ennuyer notre fils. Et puis, tu vois bien qu’il est habillé. Il te va bien, ce costume d’été, Alain ! N’oublie pas ton canotier. Il fait encore une chaleur, aujourd’hui !... poursuit sa mère, remuant un éventail.

Le lundi 30 mai 2011, par Angelina
Modification de l'article le : 3 juin 2011.

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des squelettes spip Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet