Accueil > Polars, livre noir & thriller > Souper mortel aux étuves

Souper mortel aux étuves

Polar gastronomique

De : Michèle Barrière
Partagez :

Membre du conseil scientifique de Slowfood France (mouvement pour la sauvegarde du patrimoine culinaire mondial) et historienne de l’alimentation, Michèle Barrière a mijoté un polar épicé dans lequel on découvre également les mœurs culinaires du moyen âge.

Un polar insolite

« Souper mortel aux étuves » se déroule dans le Paris du Moyen-âge, celui
du roi Charles VI "le bien aimé", avec un détour par Bruges, alors grande
place commerciale. Messire Jehan, habitué des prostituées, est retrouvé la gorgée tranchée dans une étuve peu fréquentable. Constance, sa jeune épouse va enquêter sur sa mort. Mais pour infiltrer ce milieu particulier, elle se fera embaucher comme cuisinière. Elle y côtoie un des
cuisiniers de l’équipe du grand maître queux Taillevent, le cuisinier du roi, qui arrondi ces fins de mois dans ce claque. Rivaux, ils se livreront à une joute culinaire qui enchantera la clientèle de l’établissement.

La gastronomie médiévale

La part de polar de ce livre est ainsi un prétexte pour découvrir la vie quotidienne et surtout la richesse culinaire du moyen age, largement méconnue et sous estimée. Michèle barrière à de plus la délicieuse idée de proposer en annexe les recettes rencontrée au cour de l’intrigue. Simples à réaliser, et accessibles aux cuisiniers débutants, ces recettes étonneront votre entourage.

Un exemple de recette

2la pintade aux noisettes2

Pour 4 personnes
1 pintade, 25 cl d’huile d’olive, 100 g d’amandes en poudre, 25 g de noisettes, 1 tranche de pain, 1 gousse d’ail, quelques brins de persil, 1 pincée de cannelle, poivre, 1 cuil. à café de miel, 1 petit verre de Banyuls.

Couper la pintade en morceaux. Les faire revenir dans l’huile d’olive pendant 25 min. Pendant ce temps préparer la picada : concasser les noisettes
et l’ail et faire griller. Émietter le pain. Hacher le persil. Mélanger le tout en ajoutant la cannelle, le poivre, le miel, le Banyuls. Mélanger la poudre d’amandes avec 25 cl d’eau pour en faire un lait épais. Filtrer. Ajouter le lait d’amandes au mélange de noisettes. Porter doucement à ébullition. Napper les morceaux de pintade de ce mélange. Servir aussitôt.

Quelques lignes...

Des bûches crépitaient dans la cheminée, procurant à la petite pièce une bienfaisante chaleur. Il faut dire qu’en cette fin d’après midi du 6 janvier 1393, jour de l’épiphanie, il faisait un temps de chien. U,ne tempête de neige avait fait rage toute la matinée, transformant les rues de Paris en un bourbier glacé. Cela n’avait refroidi les ardeurs des fêtards qui avaient envahi les rues, masqués et déguisés. Il gelait à pierre fendre et pourtant, on entendait encore les cris et les rires de groupe venus fêter leur roi dans les tavernes voisines de la rue Tirechappe.
Sur un coffre de bois aux lourdes ferrures gisaient les reliefs d’une galette dorée et de rissoles au fromage qu’un gros chat roux s’empressait de faire disparaître. Habilement, le matou cherchait la farce et délaissait la croûte.

Dans un cuveau de bois, un homme, la gorge tranchée, baignait dans une eau rouge de son sang.

Le mercredi 15 avril 2009, par Angelina
Modification de l'article le : 20 février 2012.

Votre point de vue


bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    texte
forum lien hyper

forum page url

forum qui etes vous

Twitter de ce que je lis : http://twitter.com/cequejelis

Ce que je lis - blog littéraire est motorisé par Spip 3.0.17 [21515] associé à des squelettes spip Rizom


Création de sites internet professionnels - tarif création site internet