Cet article a été imprimé sur : http://www.ce-que-je-lis.fr/dexter-dans-de-beaux-draps

Dexter dans de beaux draps

tourne en rond

dimanche 18 novembre 2012

Jeff Lindsay nous offre un quatrième opus sculté à la hache dans un bois tendre et mou. C’est raté ou c’est baclé, je ne saurais le dire. En tout cas c’est un livre qui m’a fait scier.

Qu’est ce qu’on s’ennuie...

Pour les martiens parmi vous, je rappelle un héros un peu particulier puisque c’est un serial killer, qu’il a de l’humour (noir évidement) et qu’il est sympathique. Ces paradoxes n’ont pas empêché Dexter de devenir également une série à succès sur le petit écran. Comme ici on parle plus de bouquins que de télévision, il faut bien se rendre compte que l’intérêt de la série Tv et des romans sont inversement proportionnels, et que ce n’est pas en lisant Dexter que vous vous amuserez le plus.

Autant la série est de saison après saison de mieux en mieux fichue. Les saisons 4 et 5 m’ont rendue dingue. Autant les livres c’est l’inverse. C’est de pire en pire. Un naufrage. Ça sombre doucement mais surement. Ce cher Dexter était fort réjouissant. Dexter revient remettait le couvert alors qu’on avait encore de l’appétit, et c’était bon. Le troisième livre, Les démons de Dexter était déjà moins digeste, plus lourd, avec un héros épaissi, n’ayant que peu de prise sur le déroulement de l’intrigue. Mais Dexter dans de beaux draps (quel titre plat) on s’emmerde carrément. Je ferais sans doute carême pour le tome 5, Ce délicieux Dexter.