Cet article a été imprimé sur : http://www.ce-que-je-lis.fr/Chroniques-du-crime

Chroniques du crime

23 histoires vraies mais sans interêt

dimanche 22 juillet 2012

Ce livre propose un sélection d’articles signés de Michael Connelly alors que celui-ci était chroniqueur dans le Los Angeles Times et dans le South Florida Sun-Sentinel.

Quel interet ?

Ces articles ont été rédigés entre 1984 et 1992 alors que Michael Connelly n’est pas encore l’auteur de polar mondialement reconnu qu’il est aujourd’hui. On y trouvera cependant ce qui est devenu sa marque de fabrique : un attachement profond aux aspects humains d’une enquête. C’est avec beaucoup de détails sur les enquêteurs et un profond respect pour le travail de flic que Connelly main armés.

Par contre, ce qu’on y trouvera pas, c’est le sens du rythme. Le livre est mal fichu, car pour une même affaire, ce sont plusieurs articles qui sont proposés. Et évidement, chaque article restitue le contexte, présente les protagonistes et les enjeux de l’affaire. Or ces éléments nous ont déjà été apportés par le premier article de chaque affaire. C’est donc très répétitif et monotone. C’est très étrange d’avoir fait un tel choix... Un seul article par cas aurait suffit. Cela aurait rendu l’ensemble beaucoup plus nerveux. Là il faut reconnaitre que le livre m’a glissé des mains plusieurs fois. En plus les affaires traités sont assez banales. Bref on s’ennuie vraiment beaucoup. Si il y a un livre de Michael Connelly à ne pas acheter, c’est celui ci !

Un point positif tout de même

L’introduction signée par Connelly reste toutefois intéressante. Il y explique comment son travail de chroniqueur judiciaire a été la genèse de son œuvre de romancier, sa façon de travailler et le cheminement qu’il l’a conduit à créer le personnage de Harry Bosch. Pour ces quelques pages, et si vous êtes un fan de Michael Connelly, le livre mérite d’être emprunter à la bibliothèque. Pour le reste, passez votre chemin, vous ne perdrez rien à zapper cette arnaque éditoriale. C’est un peu comme si vous achetiez un mauvais enregistrement de Michael Jackson chantant sous la douche.