Cet article a été imprimé sur : http://www.ce-que-je-lis.fr/adieu-cayenne-albert-londres

Adieu Cayenne

« l’homme qui s’évada »

jeudi 1er novembre 2012

Albert Londres a été le journaliste le plus réputé de son temps ; En 52 voyages à travers le monde, il a couvert la révolution russe, la colonisation en Afrique, la traite des blanches, le tour de France, la première guerre mondiale, mais aussi le bagne de Cayenne qui a été une de ses grandes indignations.

C’est l’histoire de Camille-Eugène-Marie Dieudonné, un ébéniste qui fréquente les milieux anarchistes. Dieudonné collabore au journal « l’anarchie ». C’est ainsi qu’il fait la connaissance des membres de la bande à Bonnot, et notamment de Jules Bonnot qu’il rencontre au journal.

Arrêté le 29 février 1912, Dieudonné est accusé de complicité dans le braquage de la société générale, rue Ordener. Le témoin qui l’accable a changé plusieurs fois de version et a déjà accusé deux autres personnes d’être le quatrième homme durant le braquage.

Le 28 avril 1912, Jules Bonnot est tué alors que la police fait le siège de la maison dans laquelle il s’est retranché à Choisy le roi. Pendant le siège, Bonnot à le temps de rédiger son testament dans lequel il affirme que Dieudonné ne fait pas partie de la bande et qu’il n’a rien à voir avec le braquage de la société générale. Octave Garnier et Raymond la science, deux autres membres de la bande à Bonnot confirmeront l’innocence de Dieudonné. Il sera pourtant condamné à mort en 1913.

Doutant de sa culpabilité, le président Raymond Poincaré lui accordera la grâce présidentielle. Celle-ci ne permettra cependant pas Dieudonné de retrouver la liberté. Sa peine est alors commuée en travaux forcés à perpétuité.

Dieudonné part pour la Guyane D’abord aux Îles du Salut, puis au bagne de Cayenne. C’est lors de sa visite aux iles du salut qu’Albert Londres fait la connaissance de Dieudonné. Le bagnard a tenté par deux fois de s’évader. La direction du bagne a pourtant pris Dieudonné en affection. C’est un prisonnier modèle. A tel point que les chefs de bagne appuieront une nouvelle demande de grâce. Elle sera rejetée. Alors Dieudonné s’évade et réussit à gagner le Brésil.

Eugène Camille Dieudonné

Adieu Cayenne, c’est le récit de cette évasion. Albert Londres emprunte la voix de Dieudonné pour retracer cette aventure. Parce qu’il s’agit bien d’une aventure, même si c’est aussi un reportage basé sur des éléments factuels.

Pourtant, j’ai lu ça avec autant de plaisir que si ça avait un roman, mais outre le plaisir, l’ouvrage a un double intérêt : les conditions de vie au bagne d’une part, mais aussi l’évolution du journalisme. Imaginez-vous aujourd’hui lire un reportage de cent pages, avec des dialogues et plusieurs narrateurs. Le tout avec suffisamment de suspens pour vous tenir en haleine jusqu’au dénouement ? Plus possible ?


Télécharger Adieu Cayenne