Cet article a été imprimé sur : http://www.ce-que-je-lis.fr/Michele-Cotta-Cahiers-secrets-Republique-tome3

Cahiers secrets de la Vème République - 1986-1997

Tome 3

jeudi 1er novembre 2012

Après quelques semaines d’absence, me revoilà avec une chronique sur les cahiers secrets de la 5ème république, de Michèle Cotta. Mon reader m’a dénombré 900 pages dans ce tome 3. Ceci explique un peu mon éloignement de ce blog. Lorsque je fais un billet, c’est un livre que j’ai lu. Je ne sais pas comment font celles qui bloguent sur un livre de façon quasi quotidienne... Enfin j’ai peut être une petite idée, mais chut.

De 1986 à 1997

Le tome 3 par lequel j’ai choisit de commencer couvre la période de la première cohabitation entre le président et le premier ministre. Chirac et Mitterrand s’affrontent au sommet de l’état pendant que Michèle Cotta travaille à la privatisation de TF1. Vient ensuite la réélection de Mitterrand et la quasi cohabitation avec Michel Rocard, Edith Cresson et Pierre Bérégovoy à Matignon, la cohabitation avec Balladur. En 1995, Chirac est élu président de la république et le tome s’achève après la déroute de la dissolution de 1997.

J’ai préféré commencer par cette période, pour pouvoir confronter ces carnets avec ce qu’il m’en reste en mémoire. Et je suis trop jeune pour avoir la moindre souvenirs des périodes évoquées dans les deux tomes précédents.

Une sucrerie

Pour en revenir aux cahiers secrets de Michèle Cotta, je vous le dit tout de suite, j’ai adoré. Bon la politique m’intéresse depuis longtemps, ça laisse incrédule sans doute pas mal de monde, mais je trouve ça vraiment passionnant.

A ce titre, les carnets de Michèle Cotta c’est le livre politique, plutôt sur la politique, le plus savoureux qu’il m’est été donné de lire. Une sucrerie. D’abord sur la forme, les amoureux du blogging ne seront pas dépaysé. Les billets sont courts, le style est dense, parfois drôle, et l’ensemble respire la sincérité.

Sur le fond, point de grandes idées, d’intérêt général, de trajectoire historique ou de mise en perspective dans ces carnets. Non, c’est très terre à terre. Le sujet, c’est la tactique des uns ou des autres, les positionnements, les coups bas, les non dits et les coulisses. J’ai eu l’impression d’entrevoir la politique telle qu’elle est, hors de champs de la communication léchée et des images maîtrisées. Les amateurs de off seront comblés.

Sur le plan de la pratique journalistique, c’est bon aussi. Je suis peut être un peu provinciale mais je ne voyais pas le métier de journaliste politique comme ça. J’imaginais que les informations venaient plutôt des entourages. Pas du tout. Michelle Cotta déjeune avec Alain Juppé à Matignon, prend l’avion avec Philippe Séguin, et puis fait un saut à la fête de l’Huma où Georges Marchais l’a invitée. Pour autant, et une fois déniaisée, on ne sent aucune connivence au fil des pages. Et puis on voit les petites ficelles du métiers et c’est une partie qui m’a plu aussi. Les recoupements d’informations en interrogeant plusieurs acteurs sur le même événements sont parfois cocasses, surtout dans la période Mittérrand. Amusant de voir comment chacun tire la couverture à soi.

Un livre que je conseille à tous, sauf à ceux qui sont un peu désabusés par la politique. Je suis pas sure que ça les remettra sur le chemin des urnes.