Cet article a été imprimé sur : http://www.ce-que-je-lis.fr/Neuf-dragons-Connelly

Neuf dragons

Cycle Harry Bosch - Etape 14

lundi 18 mars 2013

Un vieux vendeur d’alcool est abattu et Bosch qui mène l’enquête se retrouve sur la piste des triades. Un suspect est arrêté rapidement mais Bosch reçoit des pressions par téléphone, et apprends peu de temps après que sa fille qui vit à Hong-Kong a été kidnappée.

L’intrigue

Harry Bosch se rend dans le barrio chino de Los Angeles. Un commerçant chinois vient d’être abattu derrière son comptoir. Bosch soupçonne assez rapidement un racketteur qui officie pour le compte d’une triade locale. Le victime, le vieux monsieur Li a-t-il voulu se soustraire au racket de la mafia ? A-t-il refusé de payer ? La vidéo surveillance du magasin lance Harry Bosch sur la piste d’un certain Chang à la mine patibulaire et à l’emploi du temps louche. D’ailleurs celui-ci tente de s’enfuir en quittant le territoire. Bosch le rattrape de justesse devant l’aéroport.

Toujours à fond dans ses enquêtes Bosch n’a pas pris le temps de regarder la vidéo que sa fille lui a envoyé, via son smartphone. La petite a bien grandi. Elle a treize ans à présent. Le temps passe toujours trop vite avec les enfants. Mais dans le cas de Bosch, c’est encore pire... Lorsque Bosch trouvera quelques minutes pour lever le nez de son enquête et regarder la vidéo, c’est une mauvaise surprise qui l’attend... Sa fille Maddie est retenue prisonnière à Hong-Kong où elle vit avec sa mère. Le film la montre ligotée sans donner plus d’explications. Mais notre inspecteur a compris le message : mieux vaut ne pas faire trop de zèle dans l’enquête sur la mort du vieux Li. Mais c’est mal connaître Harry Bosch qui part illico pour Hong-Kong avec la ferme intention de ramener sa fille.

La suite du roman manque énormément de finesse. Bosch arrive à retrouver sa fille d’une manière absolument pas crédible et sème des cadavres tout au long de son parcours. N’attendez aucune finesse dans le déroulement de l’histoire... C’est très bourrin et sans grand intérêt.

Lire aussi ce point de vue

Où Bosch part en voyage

Contrairement à son habitude, Connelly abandonne quelque peu le cadre habituel de ses romans. Los Angeles, fait partie intégrante de son œuvre et on en découvre les ruelles et les coins glauques au fil de ses romans. Cette fois, destination Hong-Kong. Est-ce que Connelly commence à tourner en rond ? En tout cas, la ballade n’est pas détestable et Connelly réussit à nous immerger dans l’ambiance asiatique comme si il s’agissait d’un faubourg de L.A

Pour ce qui est du reste du roman, c’est distrayant ; mais même pour Harry Bosch, lutter seul contre la mafia, c’est un exploit. Alors autant dire que pour moi, cette opus manque un petit peu de crédibilité. On se laisse faire malgré tout. D’autant que Connelly semble explorer, roman après roman, les questions de société et les débats éthiques qui secouent les États Unis. Dans À genoux, c’était le terrorisme. Dans Les Égouts de Los Angeles, on y parlait des anciens du Vietnam. Dans un autre encore, c’était les questions raciales et les émeutes de Los Angeles (L’envol des anges). Bref, sous la ligne de flottaison de ses romans on perçoit la psychologie du moment chez les américains. Dans les neufs dragons, c’est la montée en puissance de la Chine que Connelly a l’air de trouver préoccupante. Cela donne un petit intérêt supplémentaire en sortant certains de ses histoires du divertissement pur. Reste que Les neufs dragons n’ont rien d’inoubliables. Plaisant mais sans plus.