Cet article a été imprimé sur : http://www.ce-que-je-lis.fr/lumiere-morte

Lumière morte

Cycle Harry Bosch - Etape 9

jeudi 5 novembre 2009

Harry Bosch a quitté la police mais ne lâche pas ses vieux dossiers. Il y en a un qui l’obsède depuis longtemps, celui D’Angela Menton, dont la position des mains, en coupe, comme en prière, le hante. Le FBI aura beau joué de l’intimidation, Harry Bosch ne renoncera pas à élucider cette affaire malgré un climat paranoïaque et liberticide post 11 septembre, particulièrement lourd.

Une série qui trouve un nouveau souffle

Harry Bosch a quitté la police et entame une nouvelle vie en tant qu’enquêteur privé, mais les vieilles affaires, laissées inachevées lorsqu’il était flic, continuent de la hanter. Particulièrement celle de la mort d’Angela Benton, assistante de production, assassinée quelques jours avant le braquage du studio hollywoodien pour lequel elle travaillait. Cette affaire lui avait été retirée, il y a quatre ans, mais maintenant Harry Bosch est libre, il travaille a son compte.

Alors qu’un ex-collègue, paralysé à cause d’une balle reçue lors d’un braquage lui annonce qu’il a des éléments nouveau sur cette affaire. Harry Bosch n’hésite pas, malgré les difficultés liées à son nouveau statut. Fini les perquisitions, et tous les avantages du statut de flic. Bosch opère en artisan mais y gagne en ruse, en humanité aussi.

Un roman de transition

Ce roman marque un tournant dans la série ; sur le plan formel d’abord, Connelly change sa façon d’écrire. C’est Harry qui devient le narrateur, et c’est la bonne idée du livre. Le personnage en sort bien plus complexe encore que dans les livres précédents. On est ainsi aux premières loges pour assister au combat intérieur que Bosch livre contre lui même et contre son penchant pour la violence, sa tentation de faire justice lui même.

Pour le héros, et son parcours, on le laissera à la fin de cet épisode sur de nouveaux développements. Certains regretteront sans doute que Connelly aille dans cette direction (qu’on pourrait juger bien peu originale... je ne vous en dit pas plus) mais la capacité de l’auteur à réussir à la fois à intéresser le lecteur à son intrigue et à lui proposer parallèlement un héros profond et de plus en plur riche humainement reste une des grandes forces de Connelly.

Encore une fois on ne saurais que vous conseiller de lire cette série dans l’ordre...